Bienvenus à Bahías de Huatulco

Mi Casa es tu Casa

Mitla

Le site

Située à environ 46 km de Oaxaca, Mitlá est un des sites connus depuis la Conquête puisqu’il est décrit dans les documents du XVIème siècle, lorsque l’ensemble, encore en parfait état, était occupé par les Zapotèques.
Contrastant avec Monte Albán, l’austère et grandiose Cité des Morts, Mitlá est plus proche de l’homme, presque

accueillante, avec ses grands palais blancs aux patios délicieusement sombres. L’excursion à Mitlá a un double intérêt parce qu’elle permet, en passant, de rendre visite à un survivant des temps précolombiens : le vénérable cyprès de vue sur Mitla, groupe de l'égliseSanta Maria del Tule, haut de 40 m et ayant 58 m de circonférence auquel on attribue 2 000 ans ! Il a donc élancé ses premiers rameaux au moment où les zapotèques bâtirent le temple des Danzantes avec la collaboration probable de quelques Olmèques. Il aura entendu les clameurs des spectateurs qui assistaient aux matches de pelote. On dit que sous son ombre, Cortès s’arrêta pour se restaurer quand il fit sa grande expédition pour conquérir l’Amérique Centrale.
Mitlá, la ville royale, est peut-être le seul site précolombien du Mexique toujours vivant aujourd’hui. Les pyramides proches de Mexico, Tula, Teotihuacán par exemple, étaient abandonnées bien avant l’arrivée des Aztèques; et la jungle avait englouti depuis des siècles les magnifiques cités mayas du Yucatán quand Cortès débarqua. Seul Tenochtitlán et Mitlá avaient tout leur éclat à l’arrivée des conquistadors. Il est probable que Miltá existait déjà du temps des Zapotèques. Mais ce sont les Mixtèques qui lui ont donné sa véritable dimension.

     Photo ci-dessus : vue sur Mitla, groupe de l’église

De l’ancienne cité, il ne reste plus que cinq ensembles : le groupe de l’Eglise (photo ci-dessus), ainsi baptisé car les Espagnols y construisirent au XVIème siècle, une église au milieu des palais ; le groupe des Colonnes, le mieux décoré et le mieux conservé des cinq ; le groupe de l’Adobe, situé de l’autre côté du petit ruisseau qui traverse la zone ; le groupe du Ruisseau, voisin du précédent, et le groupe du Sud, de l’autre côté du rio Mitlá.

décor de pierre le long des façades propre à Mitlá Pour revenir aux deux plus intéressants ensembles :

Mitla puce1 le groupe des Colonnes est constitué de deux groupes d’édifices composés chacun de quatre plates-formes encadrant leur patio. Toutes les faces du palais du Groupe des Colonnes sont décorées de mosaïques de pierre finement ajustées dessinant des losanges, des méandres et des grecques. Au nord du patio principal, un bâtiment percé de trois ouvertures s’étire sur une cinquantaine de mètres de long. Un imposant escalier mène au Salón de las Columnas, où six colonnes monolithiques de 4 m de haut, légèrement coniques, soutenaient jadis une toiture. De là, un couloir mène à un petit patio intérieur, le Patio de las Grecas, entièrement couvert d’une mosaïque aux motifs de la grecque. Dans le second patio, au sud, Le Patio de las Tumbas, au sud, abrite deux tombes souterraines, dont l’une renferme la Columna de la Vida. Elles ont probablement accueilli les restes des seigneurs zapotèques et mixtèques.

      Photo de droite : décor de pierre le long des façades propre à Mitlá

puce1 Visitez également le groupe de l’Eglise, ainsi baptisé car les Espagnols y construisirent une église baroque coloniale au milieu des palais, avec les pierres de l’ancienne construction.

     
question les grecques : ornements de motifs géométriques entremêlés.

Le mot Mitlá, abréviation de Mictlan, veut dire « le lieu des morts ».
Les Mixtèques, qui occupaient une vaste région s’étendant sur une partie de l’Etat de Puebla, de Guerrero et de Oaxaca, commencent à pénétrer lentement dans les vallées centrales de Oaxaca, en territoire zapotèque, au cours du Xème siècle. Leur influence se généralisa à partir du XIIème ou XIIIème siècles, puis ils furent absorbés par les Zapotèques.
Différents centres urbains se développèrent alors, tels Zaachila qui fut l’adversaire de Mitlá. Monte Albán, vénérée comme lieu sacré, servit toujours de nécropole, mais la « mode » mixtèque s’incorpora progressivement à la vie zapotèque si bien qu’à l’arrivée des Espagnols, seule la langue zapotèque était encore parlée dans la région.

important A l’entrée du site, un marché artisanal propose de l’artisanat local en particulier des textiles décorés de motifs typiques de la région.

puceh4 Le village

Ce qui reste de l’ancienne Mitlá, formée des cinq groupes déjà cités, ne correspond qu’aux palais de ses gouvernants. Le village, qui devait se trouver aux alentours ou à l’emplacement de l’actuel, n’a pu être fouillé. Sur la colline voisine existent les restes d’une ancienne forteresse. Cette construction devait sans doute servir de refuge contre les raids ennemis.
Le bourg de Mitlá mérite une visite pour son musée d’art zapotèque qui conserve une intéressante collection d’objets zapotèques et mixtèques en provenance de la vallée.

 

La caractéristique fondamentale de Mitlá est, contrairement à Monte Albán où abondent les temples, la présence presque exclusive de grands palais. Ceux-ci sont généralement formés par deux ou trois « patios » communiquant entre eux par des couloirs à angle droit et entourés d’habitations. Certaines salles, auxquelles on accède par une ou trois portes, possédaient, au centre, une rangée transversale de colonnes qui soutenaient une toiture faite de poutres de bois recouvertes d’une forte couche de mortier et légèrement inclinées pour faciliter l’écoulement des eaux de pluie. Les murs, de pierres et d’argile, étaient recouverts d’une mosaïque de pierres taillées et polies qui s’assemblaient avec une précision extraordinaire, formant, en différents reliefs, des grecques et des motifs géométriques qui couvraient parfois des surfaces immenses. Certains murs sont ainsi décorés de dessins faits de plus de 100 000 élèments taillés, polis et ajustés. Il est important de remarquer que, si Mitlá a été occupée temporairement par les Mixtèques, nulle part ailleurs dans la région mixtèque n’existent d’autres ensembles de grecques comme ceux de la région de la vallée centrale de Oaxaca. C’est donc une forme particulière et exclusivement locale de décoration murale.

Le mot mitlá est d’origine náhuatl et vient du mot mictlán qui signifie « Lieu des morts » ou « au-delà ». Dans le language Zapotèque, le lieu se dit lyobaa et signifie  » Lieu de repos » ou « Centre ou lieu de mausolées et enterrements ».
La ville se situe à 40 km d’ Oaxaca.
Elle a atteint sa croissance maximale et son apogée entre 950 et 1521.

« Durer » disait au sujet des trésors envoyés par Cortès à Charles Quint : « J’ai aussi vu les objets qui furent envoyés du nouveau pays de l’or à notre roi…. Ils étaient si précieux qu’ils furent estimés à plus de cent mille florins. Mais, quant à moi, je n’ai jamais vu au cours de ma vie d’objets qui réjouissent mon coeur comme ceux-là. Parce que j’y ai vu de merveilleuses oeuvres d’art, j’en suis resté stupéfié par le génie si subtil des hommes de ces terres lointaines. »
La plupart des objets d’or produits au Mexique ou utilisés à la cour aztèque furent fabriqués par des orfèvres mixtèques, mais cet art aurait disparu sans laisser de trace si les trésors de Monte Albán (Tombe n.°7) et de Zaachila n’avaient été découverts.

mosaïque de Mitlá cdcoeur
Les Mixtèques produisirent aussi de magnifiques livres peints appelés Codex. Dix ont survécu et sont considérés parmi les plus beaux produits d’avant la Conquête.

Les os gravés, les objets de cristal de roche, les mosaïques étaient aussi une spécialité de l’art mixtèque.

Photo de gauche : mosaïque de Mitlá


Ouvert tlj 8h-17h, $37

Plan du site archéologique : siteweb

pucegalerieCliquer ici pour afficher la sélection de photos sur Mitlá

Comment y aller ? Départ toutes les 10 mn du Terminal 2nde classe de Oaxaca à partir de 6h jusqu’au village puis marche à pied pour les derniers 500 m !

puceh4Sur la route Oaxaca-Mitlá

église du bourg de Mitlá Vous traversez le village de Santa Maria de Tule à 10 km de la capitale de l’état pour admirer un cyprès géant de 58 m de circonférence pour plus de 40 m de hauteur appelé « ahuehuete » ou sabino. Il orne depuis plus de deux mille ans, le cimetière et domine la jolie église du XVIIIème siècle.

Photo de droite : église du bourg de Mitlá

 

 

 

 

Extrait du commentaire de la vidéo :

Une partie du circuit solidaire au Mexique organisé par l’association Wirrarika Tatevari. L’Ahuehuete veut dire en langue náhuatl : le vielle arbre à eau, du au fait qu’il pousse dans les endroits ou se trouve des sources souterraines. Leurs troncs varient entre 2 et 14 mètres et ils peuvent atteindre jusqu’à 40 mètres de hauteurs. Le plus ancien et le plus grand du monde est l’arbre de Tulé à Oaxaca, il a 2000 ans, 43 mètres de hauteur 14,05 mètres de diamètre. La légende zapotèque soutient qu’il a été planté il y a plus de 1400 ans par Pechocha, un prêtre d’Ehécatl, dieu du vent. Cet arbre de la vidéo a 1500 ans, creux à l’intérieur, ou jailli la source. On lui attribue des qualités sacrées, et ils font partie des légendes et de l’histoire de diverses populations ainsi que de lieux. L’origine de ces arbres remonte à l’Ère Mésozoïque entre 100 et 200 millions d’années.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Voyages en Thaïlande - Inde... |
cg64 la pierre saint martin |
Nouvelle Zélande |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA VIE A MALTE
| mauritanie 2009
| Le Petit Prince autour du M...